Category

Actu Web & Com’

Décret Photoshop

« Décret Photoshop », avez-vous une tête de retouché ?

By | Actu Web & Com', Le studio, Photos | No Comments

Le Décret Photoshop est avant tout une mesure prise pour les photos de mode

Les publicités de mannequins qui inondent les magazines français sont toutes réalisées à partir de photos retouchées. Nous le savons tous, enfin j’espère. Comme disent les ados, « dans la vraie vie les gens ne sont pas comme ça ! ». Spécialistes de la suite Adobe et donc de Photoshop chez Hookipa, nous sommes les premiers à avouer retoucher absolument toutes les photos intégrées dans nos maquettes, visages, paysages, tubes de dentifrices, chaudières… Inconsciemment, une norme esthétique, féminine comme masculine, est ainsi imposée aux lecteurs, en particulier les très jeunes. Ce nouveau Décret Photoshop est une bonne chose. Elle n’enlève rien à notre savoir-faire et à la beauté des documents, encore faut-il être transparent avec la cible. Les beaux ciels bleus intégrés et les l’élimination du linge qui sèche sur un balcon resteront toujours plus vendeurs !

Les personnes sans défauts physiques telles qu’on nous les affiche dans les magazines ou aux arrêts de bus n’existent pas ! Jambes galbées, teint éclatant, silhouette avantageuse, dents parfaitement blanches… tous ces atouts très vendeurs (ou pas) font l’objet de plusieurs heures de travail à la tablette graphique (lumières, textures, volumes, greffes…).

Tous ces beaux jeunes hommes et tous ces belles jeunes femmes mentent aux lecteurs et lectrices de ces périodiques en leur projetant une image erronée du corps humain. Or, cela peut avoir des effets délétères sur le comportement d’individus fragiles ou facilement influençables, notamment pendant l’adolescence, en les incitant subrepticement à se caler à des standards esthétiques inaccessibles. Le décret photoshop est donc là pour ouvrir les yeux, les bons à tous les lecteurs.

Le « Décret Photoshop » :

Face à cette problématique, le gouvernement a pris la décision d’imposer, à partir du 1er octobre 2017, la mention « photographie retouchée » sur tous les clichés à usage commercial, « lorsque l’apparence corporelle des mannequins a été modifiée par un logiciel de traitement d’image, pour affiner ou épaissir leur silhouette », explique le ministère de la santé.

Une mention obligatoire dès octobre 2017

« L’exposition des jeunes à des images normatives et non réalistes du corps entraîne un sentiment d’autodépréciation et une mauvaise estime de soi pouvant avoir un impact sur les comportements de santé », rappellent les services de Marisol Touraine. Il faut donc agir « agir sur l’image du corps dans la société pour éviter la promotion d’idéaux de beauté inaccessibles et prévenir l’anorexie chez les jeunes ».

En conséquence, le décret n° 2017-738 du 4 mai 2017 « relatif aux photographies à usage commercial de mannequins dont l’apparence corporelle a été modifiée » a été publié au Journal officiel ce vendredi 5 mai. Il précise les modalités d’application de l’article L2133-2 du code de la santé publique, adopté dans le cadre de la loi de modernisation du système de santé (n° 2016-41 du 26 janvier 2016).

La Presse n’est pas la seule concernée

Que dit le Décret Photoshop ?

Que les obligations de l’article L2133-2 sont applicables « aux photographies à usage commercial de mannequins insérées dans des messages publicitaires diffusés notamment par voie d’affichage, par voie de communication au public en ligne […], dans les publications de presse […], dans la correspondance publicitaire destinée aux particuliers et dans les imprimés publicitaires destinés au public ».

La télévision n’est pas concernée.

Le décret poursuit en exigeant que la mention sur la photo soit « apposée de façon accessible, aisément lisible et clairement différenciée du message publicitaire ou promotionnel ». Par ailleurs, « la présentation des messages [doit respecter] les règles et usages de bonnes pratiques définis par la profession, notamment par l’autorité de régulation professionnelle de la publicité ».

C’est à l’annonceur de veiller au respect de ces obligations et de vérifier que les photos qu’il achète ont fait l’objet ou pas d’une retouche sur Photoshop (ou sur tout autre outil de modification d’image). En cas de non-respect de ces dispositions, la loi prévoit une amende de 37 500 euros, voire atteindre jusqu’à presque un tiers (30 %) des dépenses consacrées à la publicité par l’annonceur.

Peut-être verrons nous un jour, à côté de chaque publicité, les photos d’origine. Nous vous invitons à consulter ce lien  ou encore celui-ci, pour prendre conscience du travail effectué et à quel point la réalité est abandonnée.

Vous souhaitez être bien référencés sur Google ?

By | Actu Web & Com' | No Comments

Vous souhaitez être bien référencés sur Google ?

Rendez-vous au Google​ Black Day, devant votre écran le 24 mai prochain ! L’évènement gratuit incontournable pour les responsables SEO.
Florian, Responsable Back Office, #SEO et #SEA d’ Hookipa / Agence de Communication – Créatifs réactifs​ vous invite à sa conférence web, entre 11h et 12h sur les « Techniques inhabituelles de Nseo « .
Inscrivez-vous au Google Black Day de Florian sur http://blackday.org/#schedule

Envoyez vos photos et vidéos Instagram depuis un PC !

By | Actu Web & Com', Applications | No Comments

Publier des photos et vidéos sur Instagram depuis son PC, c’est possible…

… mais pas encore comme le voudraient les utilisateurs du réseau social. En effet, allez savoir pourquoi, ces publications ne se feront qu’à partir des messages privés d’Instagram et en aucun cas sur les posts publics. Pourquoi permettre se partage public sur votre mobile (stories) et non sur un desktop ? Instagram (Facebook) ne donne aucune réponse à ce sujet. La procédure de post reste identique à celle que vous connaissez, le seul changement est une proposition de contacts destinataires au moment de l’envoyer.

Instagram sur PC… des limites et pas des moindres !

Là où Instagram limite encore plus l’utilisation de cette fonction sur PC est que vous ne pouvez pas envoyer des photos ou vidéos enregistrées sur votre PC. Vous devez passer par votre webcam et donc utiliser la fonction selfie. Si vous voulez poster des photos stockées sur votre disque dur, il faudra les synchroniser sur votre mobile et repasser donc par ce dernier !

On peut faire quoi au juste sur son PC avec Instagram ?

  • Poster des vidéos et photos conservées sur votre profil
  • Modifier vos photos avec des filtres
  • Assembler des vidéos
  • Partager des photos et vidéos sur votre story
  • Animer vos photos et vidéos avec les options habituelles des stories
  • Regarder des Stories des profils que vous suivez
  • Découvrir les photos et vidéos que vous pourriez aimer
  • Suivre de nouveaux comptes
  • Envoyer des messages privés, des photos, des vidéos et des messages de votre flux directement à des amis
  • Partager instantanément vos messages sur Facebook, Twitter…

L’avis d’Hookipa !

Facebook n’innove pas vraiment avec cette adaptation Instagram pour PC, surtout lorsqu’on connait le pourcentage d’utilisateurs d’Instagram sur mobiles. Rien de vraiment convainquant aujourd’hui. Espérons que des efforts soient faits pour permettre enfin le téléchargement de photos et vidéos en public, parfois très pratique pour poster les visuels enregistrés sur nos disques durs.

Utiliser Google Avis Clients pour votre site e-commerce ?

By | Actu Web & Com' | No Comments

C’est officiel, vous pouvez dès aujourd’hui activer votre Google Avis Clients.

Qui ne souhaite pas avoir toute la confiance de ses clients affichée sur son site ? Avec Google Avis Clients, contrairement aux Avis Google (recherche) les avis sont exprimés par des clients dits « vérifiés ». Clients dont les profils sont consultables puisque ce sont VOS clients, ceux qui viennent de vous acheter un produit ou faire appel à vos services. Vous connaissez donc leurs noms, adresses ,contacts, etc…
L’arrivée de Google Avis Clients n’annonce pas la suppression des Avis Google classiques. Ceux-ci sont conservés sur les pages de recherche.

Vous le voulez ce badge Google Avis Clients?

Les Google Avis Clients, comme le nom l’indique, proviennent de vos clients, consommateurs, et ne sont donc disponibles que pour les boutiques en ligne.

Google vous permet bien sûr de mettre en avant ce badge certifié sur votre site pour vous distinguer de la concurrence. Vous pouvez placer ce badge où vous voulez et autant de fois que vous le souhaitez sur votre site.

Google Avis Clients a ses règles !

Google est clair sur l’utilisation de ses Avis. On ne trafique pas ! Tous les avis, même les mauvais, doivent apparaitre. Tous vos clients doivent prendre connaissance de cette enquête de satisfaction au moment de l’achat.

Comment ça marche ?

Après avoir effectué son achat, le client est invité à répondre à une petite enquête de satisfaction, très brève et facultative. Une fois le questionnaire rempli et validé, il reçoit un mail de Google Avis Clients qui l’invite à noter son expérience d’achat sur votre site.

Pour pouvoir être intégré à  Google Avis Clients, un compte Google Merchant Center est nécessaire.

L’Agence Hookipa est bien sûr à votre disposition pour vous aider à configurer et comprendre toute la procédure.

Enfin, pour être complètement honnête avec vous, comme pour toute nouveauté sur le web, nous préconisons à nos clients d’attendre encore un peu et d’analyser l’évolution de Google Avis Client dans les prochains mois. Les retours utilisateurs sont encore peu nombreux pour s’assurer de l’efficacité et du bon fonctionnement de cette nouvelle fonction. Cela viendra très vite, mais comme d’habitude, soyons patients !

Faut-il protéger ses idées à l’INPI ?

By | Actu Web & Com', Le studio | No Comments

Quel chef d’entreprise ne s’est pas posé la question un jour ?

Voici en quelques mots ce qu’il faut savoir.

Qu’est-ce que l’INPI ?

INPI France est l’organisme chargé d’enregistrer officiellement vos dépôts de noms, de marques, de ‪#‎logos‬ mais aussi les ‪#‎brevets‬, ‪#‎dessins‬ sur un secteur géographique défini : France, Europe (choix des pays) et international. La fonction de l’INPI ne s’arrête pas qu’au dépôt, les agents sont aussi là pour vous conseiller et vous orienter vers les bons choix et, le cas échéant, faire le lien avec les pays concernés par votre dépôt. Vous pouvez consulter son site pour obtenir toutes les informations nécessaire à votre projet. (https://www.inpi.fr/fr)

Que peut-on déposer à l’INPI ?

Il n’est pas rare que nos clients nous demandent comment déposer leur‪#‎marque‬, leur nom ou leur logo à l’INPI. Voici donc en quelques mots ce que vous pouvez ou devez faire pour protéger votre idée.

On est toujours fier d’avoir trouvé un joli nom, efficace, original, un bon‪#‎slogan‬, un beau logo et il est normal de vouloir le protéger pour éviter qu’une société, concurrente ou non, vienne vous le « piquer » ! L’INPI vous permet de protéger beaucoup de choses :
• Un nom (ou un mot)
• Un logo (ou un dessin)
• Un slogan
• Des lettres (ou des chiffres)
• Un son

La combinaison de ces points est également possible bien sûr (nom + logo + slogan…).
En revanche, l’INPI refusera de protéger certaines choses comme des termes communs et superlatifs très exploités : « super », « hyper », « promo », « meilleur »… – les termes péjoratifs, contraires aux bonnes mœurs, insultes, termes racistes… Les appellations d’origine sont également interdites (« fabriqué en… », « made in… »). Vous ne pouvez pas non plus déposer un mot qui trompe la marchandise et qui ment sur la provenance ou la composition du produit ou du service associé.

Pourquoi protéger son ‪#‎idée‬ ?

Les similitudes entre #logos mais aussi entre noms de société et, plus techniquement entre #brevets, ne sont pas rares. Avoir un concurrent qui possède un logo très proche du votre peut causer de gros problèmes d’identification, d’images, de notoriété, de commercialisation… partager un même nom avec une autre société ne vous permet pas de vous différencier ou tout simplement de vous positionner sur un secteur d’activité.
La notoriété d’une marque en fait sa valeur, plus votre marque est reconnue et associée à un service, un produit, voire à un secteur d’activité, plus elle se négocie le jour de sa vente. Pensez-y, ça peut faire la différence !
L’INPI est là pour garantir votre enregistrement, légitimer votre antériorité et vous appuyer lors d’éventuelles attaques juridiques auprès de personnes négligentes ayant utilisé votre nom ou votre logo.

Comment fait-on ?

L’INPI met à votre disposition une base de données pour vous permettre de vérifier la disponibilité ou non de votre marque. Si le nom que vous souhaitiez déposer est déjà enregistré, vous pouvez connaître le nom de son propriétaire et éventuellement tenter de l’acquérir !
Vous pouvez également consulter les bons conseils des agents de l’INPI pour des recherches plus précises de similarité, selon les classes… En effet, si il existe un nom trop proche phonétiquement de celui que vous souhaitez déposer, il est probable que l’INPI ne vous accorde pas l’enregistrement. Cette recherche de similarité a un coût… jusqu’à 500€, suivant le nombre de classes.
Un fois assuré que votre nom n’est pas déjà déposé et donc disponible, il vous suffit de passer à la phase administrative : remplir les documents appropriés fournis par l’organisme, en fonction de la zone géographique. Pour information, il faut compter environ 200€ par dépôt pour 3 classes et environ 40€ par classe supplémentaire. L’INPI vous explique les différentes étapes à suivre sur ce lien.

Important !

• Déposer un nom, une marque, un logo, un slogan… ne signifie pas qu’il soit enregistré. Tant que l’INPI ne vous a pas informé officiellement de l’enregistrement, votre nom ne vous appartient pas encore exclusivement.
• Une #marque est enregistrée pour une durée de 10 ans. Passé cette période, si vous ne renouvelez pas l’enregistrement auprès de l’INPI, votre marque retombe dans le domaine public et peut donc être la propriété de tout le monde. Je vous rassure, l’INPI vous envoie un petit rappel !
• Enregistrer votre marque sur le territoire français ne vous accorde aucune propriété sur l’Europe ou l’international. Cela a un coût mais si vous souhaitez vous développer un jour au-delà des frontières, il faut anticiper et y réfléchir à deux fois pour éviter tout problème. L’enregistrement international se fait auprès de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle), via l’INPI bien sûr.
• Vous pouvez enregistrer un nom qui existe déjà à la seule condition qu’il ne soit pas déposer dans la même classe.

Qu’est-ce qu’une classe ?

Tous les noms enregistrés à l’INPI sont répertoriés dans des classes (secteur d’activité), à l’échelle mondiale, de façon à pouvoir effectuer plus rapidement les recherches et éviter des similarités trop proches dans un même secteur d’activité ! Il y a 45 classes répertoriées.

Studio Hookipa / Web & Print est comme d’habitude à votre entière disposition pour vous renseigner de façon plus précise sur vos projets et d’éventuels dépôts INPI.

et vos fichiers sources dans tout ça !?

By | Actu Web & Com', Le studio, Non classé | No Comments

Un Studio graphique doit-il donner ses fichiers sources au client ?

Cette question est loin d’être rare et nous est souvent posée de la part des nouveaux clients, en particulier ceux qui n’ont pas de service communication intégré à leur structure, c’est à dire 60% des clients du Studio Hookipa !

Qu’est-ce que des fichiers sources ?

Pour réaliser nos maquettes, quelles soient Print ou Web, nous utilisons des logiciels de la suite Adobe. Les fichiers enregistrés à partir de ces logiciels peuvent être en .ai (pour Adobe Illustrator), en .eps, TIFF ou .psd (pour Photoshop), Indd (pour Indesign), .fla (pour flash)…
Dans une maquette Print par exemple, nous travaillons des photos, réalisons des illustrations et mettons tout cela en page avec le rédactionnel sur Indesign… ou X-press pour les Cromagnons !

Les clients peuvent parfois penser que ces fichiers de travail leurs appartiennent automatiquement puisqu’ils interviennent dans le process de fabrication de leur communication et doivent leur être cédés lorsque notre prestation est terminée. Au risque de les décevoir, ce n’est pas le cas !
Pour faire un parallèle (un peu rapide je vous l’accorde, mais néanmoins réaliste) quand on mange dans un grand restaurant, on achète ce qu’il y a dans l’assiette mais en aucun cas la recette qui a permis d’obtenir le résultat. Pour obtenir ce résultat à la maison, il faut acheter les ingrédients (logiciels, tablette graphique, ordinateur…), les maîtriser (formation), et essayer de les travailler pour atteindre l’objectif final : le bon travail !

Les fichiers sources ont une valeur

Ces fichiers sont le résultat d’un savoir-faire, une façon de travailler qui nous est propre. Chaque agence a sa façon de travailler, c’est parfois ce qui les différencie dans la qualité” du travail mais aussi la réactivité, l’agilité. Ces fichiers ont une valeur marchande, tout comme vos produits ou les services que vous vendez.
Au Studio Hookipa, sur certains contrats (généralement annuels), nous acceptons de céder ces fichiers en contre partie d’une majoration du budget. Parfois, en One Shot, nous acceptons de céder les .psd pour des webdesign, mais toujours sur devis.

Pourquoi vendre les fichiers sources ?

Lorsque nous vendons les fichiers sources, nous prenons le risque de ne plus revoir le client. Il dispose des fichiers qui lui permettent d’être autonome sur la conception, de faire les modifications, créer de nouvelles maquettes, faire appel à un autre prestataire… Commercialement ce n’est bien sûr pas terrible pour nous, vous en conviendrez !
Comme tout travail de création, des droits d’auteur et d’exploitation y sont associés. Ces droits sont rarement inclus dans les devis du Studio qui ne concernent que la partie “création”.
Avoir les fichiers sources ne signifie pas dire avoir les droits d’utilisation. Ces droits sont clairement définis et limités à un usage précis et une rémunération proportionnelle est mise en place.
Si nous vendons à notre client la création d’une maquette A et les droits qui vont avec, qu’il ait les fichiers sources ou non ne change rien : il n’a aucun droit de les utiliser pour une maquette B, ou pour une exploitation plus large que prévue de la maquette A. A moins de vouloir faire de la contrefaçon, ce qui représente un risque !
Dès lors pourquoi les exiger puisqu’ils sont inutiles ? Si nous livrons les fichiers sources à notre client, nous devons lui céder les droits de s’en servir, et ces droits, évidemment, se vendent. Des petites exceptions sont faites dans le domaine de l’édition et de la presse pour favoriser la réactivité des intervenants, mais c’est un autre sujet.

Distinguons la prestation de création à la prestation d’exécutant

Les fichiers sources appartiennent au Studio Hookipa dans la cas où nous sommes а l’origine de la conception graphique, réalisation de la charte, logo…
Si notre prestation ne concerne que ce que l’on appelle l’ »exé”, c’est а dire l’assemblage d’éléments à partir d’une charte déjà définie, de photos, illustrations et textes fournis, nous ne sommes plus dans la création artistique et n’avons donc aucun droit sur ces éléments. Ces droits ne s’appliquent que si nous sommes а l’origine des photos, illustrations, chartes…

En résumé !

Les fichiers sources ne sont pas inclus dans nos prestations, tout comme les droits d’exploitation. Le client peut nous demander de les obtenir mais cela fait l’objet d’un avenant au précédent contrat et, comme pour tout contrat, l’agence n’est pas tenue d’accepter. Je vous rassure, Le Studio Hookipa n’a jamais refusé ! nous privilégions les collaborations positives et intelligentes.

Nous ne travaillons pas pour prendre inutilement l’argent au client mais bien parce que nous aimons notre travail, le contact amical et en toute confiance avec nos clients. L’idéal, bien entendu, est d’évoquer cette interrogation sur les fichiers sources en amont de tout contrat, cela évite les mauvaises surprises au client.

Petit rappel, ces notions de fichiers sources et droits d’exploitations sont évoquées dans nos conditions générales de vente. C’est utile parfois de les lire, même si c’est avec une loupe !
Nous sommes, comme d’habitude, à votre entière disposition pour discuter de cela et de bien d’autres thèmes, autour d’un café au Studio !

Responsabilités et obligations d’une agence web

By | Actu Web & Com', Le studio | No Comments

Responsabilités et obligations d’une agence web

Le Studio Hookipa a l’obligation de conserver une sauvegarde de votre site sur les 12 derniers mois écoulés, que vous soyez toujours client ou non. Cela concerne les fichiers sources (codes, rédactionnel, photos, vidéos, bases de données, paiements, login, téléchargements, adresses IP et mots de passe de connexion, emails associés… tout ce qui est géré par l’agence pour votre site.

Ce backup est pour vous une garantie dans le cas où votre site est hacké, crashé, qu’une erreur de code se soit produite, de votre part ou de celle de l’agence.

Cette obligation n’exclut pas sa rémunération.

Le Studio Hookipa est tenu au secret professionnel et ne peut en aucun cas divulguer ou vendre les informations recueillies sur votre site web. Seules les autorités judiciaires peuvent, sous certaines conditions, obtenir ces informations.

Tout comme nous avons l’obligation de sauvegarder ces données durant 12 mois, passé cette période, nous avons également l’obligation de les effacer si vous ne nous demandez pas (pour X raisons) de les conserver. En effet, si vous n’êtes plus client chez Hookipa et que vous souhaitez héberger votre site ailleurs ou que votre activité n’existe plus, nous devons supprimer toutes les données relatives à celle-ci. Nous n’avons ni le droit de les conserver ni de les publier, même en cas de litige.

Qui est responsable du contenu de votre site internet ?

Toutes les personnes intervenant sur le site : L’hébergeur, le concepteur, le rédacteur, le propriétaire…

Le client final d’un site Internet est seul responsable du contenu de celui-ci. Il est donc formellement interdit de publier du contenu illicite (escroqueries, vente de substances prohibées, pédophilie…). Si le Studio Hookipa constate ce type de contenu sur le site d’un de ses clients, nous sommes dans l’obligation de fermer le site en question et de se référer aux autorités compétentes.

Concernant un forum, un blog, un compte réseau social, c’est le modérateur qui est responsable, le seul responsable.

Lorsqu’un client désire rompre son contrat avec son agence web, il pourra exiger de celle-ci qu’elle lui fournisse les fichiers sources de son site et les différents codes d’accès liés à son hébergement et son nom de domaine (en contre partie d’une rémunération, nous en parlerons dans un prochain article). L’agence est alors déchargée de toute responsabilité, mais doit, malgré tout, conserver les données liées au site durant un an.

Plus d’informations ? Contactez-nous pour en discuter !

Thomas, graphiste chez Hookipa

By | Actu Web & Com', Illustrations, L'équipe, Le studio | No Comments

Le portrait de la semaine

Doublez le temps de pause de Thomas !
Thomas s’occupe de la partie Print au Studio, maquettes, logos, retouches photos… Comme tous les jours, les pauses de Thomas au Studio Hookipa / Web & Print se passent ainsi ! Avec son carnet, un crayon et de la bonne musique, il enchaîne les croquis avant de reprendre son clavier. Nous vous invitons à le suivre sur son Facebook Istraille.

Vous voulez doubler son temps de pause ? Visitez notre page Facebook et cliquez sur « J’aime » !! En même temps… si on commence à compter ou minuter les pauses chez Hookipa… c’est le début de la fin !

 

DSCF6672 DSCF6671 DSCF6667 DSCF6668 DSCF6670

Hookipa cherche un stagiaire Digital Marketing

By | Actu Web & Com', Hookipa Recrute | No Comments

Ami(e) ‪#‎étudiant‬(e), tu cherches un ‪#‎stage_Digital_Marketing‬ sur Colomiers (31) pour une durée de 6 mois.

Tu es passionné(e) par le‪#‎digital‬, rigoureux, ‪#‎créatif‬ et tu souhaites intégrer une bonne équipe pour améliorer tes compétences dans la gestion de ‪#‎projets_web‬ & multimédia ? La porte du Studio Hookipa est grande ouverte et ton iMac est déjà allumé !
Les écoles peuvent également nous contacter !

Toulouse Business School Université-Paul-Sabatier ISEG Marketing & Communication School – Toulouse ISCOM Toulouse ECS Toulouse IAE Toulouse ESG Toulouse IDRAC Toulouse

Pibrac, le site est en ligne

By | Actu Web & Com', Web | No Comments

Le site de la ville de Pibrac est en ligne.

Un travail particulièrement intéressant en ‪#‎webdesign‬ et ‪#‎développement_HTML‬. La quantité d’informations mise à la disposition des internautes présentait de nombreuses contraintes en terme d’ergonomie…et de timing. Mais au ‪#‎Studio_Hookipa‬, les contraintes nous séduisent ! Si vous en avez d’autres à nous confier… on prend ! même pas peur !

 

HOOKIPA_mockup_pibrac_2016